Se connecter Login

 

Le CastilletCastillet

Le Castillet / El Castellet 

Le Castillet

 

Le Castillet ou Castellet (en catalan) est un monument de la ville de Perpignan qui fut tour à tour porte de la ville et prison d’État. Aujourd’hui il abrite le Musée Catalan des Arts et Traditions Populaires (La Casa Pairal). Il fut également appelé à certaines époquesBaluard ou Bastilla.

Le Castillet est constitué de deux parties que sont le Grand Castillet et le Petit Castillet.

Il est considéré comme un document archéologique de la plus grande importance pour l’histoire de la ville, et constitue un type d’architecture militaire unique en son genre. Il est de plus décoratif avec son couronnement de crénelages, de consoles et de tourelles de style mauresque.

Le Grand Castillet fut construit vers 1368 par le maître d’œuvre Guillaume Gatard sur ordre de l’Infant Don Joan d’Aragon, pour remplacer la porte dite du Vernet qui permettait de traverser les remparts et de faire communiquer la ville avec le faubourg. Le nouveau passage comportait un pont-levis qui n’existe plus. La construction massive du bâtiment était celle d’un château fort défensif pour résister à toute offensive venant du nord.
L’occupation éphémère du Roussillon par Louis XI permit d’en changer la destination. La forteresse devenait inutile puisque tout conflit avec la France était terminé et l’on en fit une prison d’État. Les fenêtres furent garnies de grillages en fer, le passage du pont-levis fut supprimé. Cependant, il fallait assurer une issue de la ville vers le Vernet et l’on juxtaposa le Petit Castillet à la primitive bâtisse en 1478. Ce fut lePortal de Nostra Dona del Pont ou Porte de Notre-Dame du Pont.
En 1542, Charles Quint fit couvrir le Castillet au nord au moyen d’un bastion polygonal dont la pointe et l’échauguette s’avançaient vers laBasse (rivière située au nord). Les ouvriers utilisèrent les matériaux provenant de la Chapelle Notre-Dame du Pont qui fut démolie (ainsi que les maisons du faubourg) pour des raisons stratégiques. Suite à la destruction de cette chapelle on plaça le Castillet sous la protection deNostra Dona del Pont et la statue de la Vierge qui l’ornait prit place dans la chapelle. Par la suite, la statue fut placée sur la façade dans une simple niche pratiquée dans le mur (la niche concave, visible de nos jours, ornée d’un encadrement gothique date de 1864).
Vauban fit renforcer le bastion polygonal de Charles Quint et remit le Castillet en état de défense. Au cours de ce siècle on construisit également le Corps de garde. Il s’agissait d’une bâtisse assez simple (démolie en 1843), située côté sud au rez-de-chaussée et couverte de tuiles. Elle servait comme son nom l’indique de lieu de vie au Corps de garde. Une cour longeant le mur du Castillet permettait d’accéder à la porte du monument.
En 1904, on démolit l’enceinte fortifiée de Perpignan mais on respecta le Castillet. Les béquilles qui le reliaient aux remparts disparurent et le bastion et son échauguette furent dynamités.
Au XX° siècle, le Castillet abrita les Archives Municipales de ville de Perpignan.
De nos jours, il abrite le Musée Catalan des Arts et Traditions Populaires aussi appelé La Casa Pairal.

Les maçons aux XIVe et XVe siècles à Perpignan, utilisaient les galets tirés de la rivière et la brique, mais les constructions militaires étaient faites exclusivement en briques. Le ciment quant à lui était un amalgame de chaux et de briques pilées (le terbol), très adhérent et résistant.

Le Grand Castillet mesure 31 mètres de longueur et le Petit huit mètres. La hauteur des parapets du crénelage est de 20 mètres au-dessus du sol et celle du faîte de la tourelle de 29,20 mètres. L’épaisseur des murs est de 3,50 mètres à la base, de 2,80 mètres au deuxième étage et de 1,60 mètre au troisième. Un escalier en spirale d’un diamètre de 2,77 mètres dessert le Grand Castillet. Un second escalier en colimaçon a été pratiqué dans l’épaisseur du mur entre le Grand et le Petit Castillet. Ils permettent l’un et l’autre d’accéder à la terrasse.

Le Castillet, prison d’État, recueillit les délinquants de droit commun et les soldats détenus. Un document établi par un officier du Génie au XVIIe siècle (Archives historiques du fort de Vincennes) indique comme suit la disposition des locaux :

  • Grand Castillet : en sous-sol le « cachot blanc ». Au premier étage la chambre du Gouverneur (occupé dans les années soixante par les Archives Municipales). Au deuxième étage la chambre « où sont les fanatiques » et la chambre « où l’on donne la question » avec les instruments de supplice.
  • Petit Castillet : En sous-sol le « cachot noir ». Au premier étage la chambre dite des « galériens ». Au deuxième étage la chambre « où l’on enferme les soldats » et la chapelle. Au troisième étage la chambre « où l’on enferme les femmes ». Les prisonniers sont conduits, pour leur promenade, tout en haut sur la terrasse dallée de pierres.
  • Le Corps de garde : pour servir le Corps de garde.

 

Le mystère de l’enfant du Castillet :

En 1948, Louis Xaragai prit possession de son poste de bibliothécaire municipal au Castillet. Dès son arrivée, il fut intrigué par une fenêtre encadrée de pierres blanches, qui avait dû être jadis grillagée mais qui était maintenant bouchée. Il alerta des maçons pour dégager cette ouverture et savoir quel était là-haut l’état des lieux (la dite fenêtre se trouve dans le mur du Petit Castillet, à gauche de la statue de la Vierge).

  • On eut vite fait de dégager les pierres qui la clôturaient mais l’ouvrier se retira aussitôt, suffoqué par une forte odeur nauséabonde : « Il y a un cadavre là-dedans ! » s’écria-t-il.On alla voir et on se trouva dans un réduit, mesurant trois mètres de long, quatre-vingt centimètres de large et de deux mètres de haut, fermé par une porte en bois doublée de lames de fer. On y découvrit le squelette d’un enfant : son corps allongé reposait sur un terreau de soixante centimètres. Il devait être habillé lorsqu’on l’y déposa, car il portait des chaussures de cuir. On recueillit des ossements, des lambeaux d’étoffe, le bout d’une chaussure, des os d’animaux (restes d’un repas), une assiette de l’époque Louis XVI, croit-on, et une moitié de cruche.

    L’énigme était posée et diverses hypothèses furent envisagées comme la plus folle qui avançait qu’il s’agissait de Louis XVII. Le Dauphin aurait été confié à des commissaires chargés par la convention nationale de conclure la paix avec l’Espagne, qui exigeait comme condition préalable la remise de l’enfant. Décédé pendant les négociations, il aurait été inhumé en secret au Castillet. Après étude, il apparut que l’enfant martyr ne fut enfermé dans sa geôle qu’à la fin du XIXe siècle. Mais son sort pose toujours une troublante énigme : Avait-il commis quelque forfait? Était-ce un fou? Ou bien sa famille voulait-elle se débarrasser de lui par haine ou par cupidité, en vue d’un héritage? Nous sommes en plein mystère.

Source Wikipedia

Le Castillet / El Castellet 

Castillet

 

Castillet or Castellet (in Catalan ) is a monument in the city of Perpignan , which was in turn gate of the city and state prison . Today it houses the Museum of Catalan Popular Arts and Traditions (La Casa Pairal ) . He also called for some époquesBaluard or Bastilla .

Castillet consists of two parts that are the Grand and Petit Castillet Castillet .

It is considered an archaeological document of the greatest importance for the history of the city and is a unique type of military architecture of its kind. It is more decorative with its crowning battlements , turrets and consoles Moorish style .

Grand Castillet was built around 1368 by the master builder William Gatard order of the Infante Don Joan of Aragon, to replace the so-called Vernet door allowed to cross the ramparts and to communicate the city with the suburb. The new passage included a drawbridge that no longer exists . The massive construction of the building was that of a strong defensive castle to resist any attack from the north.
The ephemeral occupation of Roussillon by Louis XI allowed to change the destination. The fortress was unnecessary since the conflict with France was over and we made ​​a state prison . The windows were filled with iron gratings , the passage of the drawbridge was removed. However, it should ensure completion of the city to the Vernet and is juxtaposed Little Castillet to the original building in 1478 . It was lePortal Nostra Dona del Pont or Porte de Notre-Dame du Pont .
In 1542 , Charles V had Castillet cover the north by a polygonal bastion whose tip and watchtower were advancing towards LABASSE (river north ) . Workers used the material from the Notre Dame Bridge which was demolished (as well as houses in the suburb ) for strategic reasons . Following the destruction of the chapel was placed under the protection Castillet deNostra Dona del Pont and the statue of the Virgin which adorned took place in the chapel. Thereafter , the statue was placed on the front in a single niche in the wall ( the concave niche, visible today , adorned with a Gothic frame in 1864 ) .
Vauban strengthen the polygonal bastion of Charles V and the Castillet put on the defensive . During this century we also built the guardhouse . It was a fairly simple building (demolished in 1843) , located south side on the ground floor and tiled. She served as its name suggests a place of life guardhouse . A court along the wall Castillet allowed to access the door of the monument.
In 1904, demolished the fortifications of Perpignan but respected the Castillet . Crutches that connected it to the walls disappeared and his watchtower and bastion were dynamited .
In the twentieth century , the Castillet housed the Municipal Archives of Perpignan .
Today it houses the Museum of Catalan Art and Popular Traditions also called La Casa Pairal .

Masons in the fourteenth and fifteenth centuries in Perpignan, using pebbles from the river and brick, but military constructions were made exclusively of bricks. Cement meanwhile was an amalgam of lime and crushed bricks ( the Terbol ), very adherent and resistant .

Grand Castillet measures 31 meters long and eight meters Petit . The height of parapets aliasing is 20 meters above the ground and the top of the turret 29,20 meters. The wall thickness is 3.50 meters at the base , 2.80 meters on the second floor and 1.60 meters in the third . A spiral staircase with a diameter of 2.77 meters dessert Grand Castillet . A second spiral staircase was in the thickness of the wall between the Grand and Petit Castillet . They allow both access to the terrace .

Castillet , state prison , gathered the common criminals and soldiers prisoners. A document prepared by an engineer officer in the seventeenth century ( Historical Archives of Fort Vincennes ) indicates as the layout of the premises follows:

Grand Castillet : underground « white cell « . First floor room of the Governor ( held in the sixties by the Municipal Archives). Second floor room and room  » where they give the matter » with the instruments of torture  » where fanatics are . »
Small Castillet : In the basement the « black jail « . First floor room called the  » galley « . Second floor room and the chapel  » where soldiers are trapped . » Third floor room  » where women are trapped . » The prisoners are taken for their walk, while high on the terrace paved with stones.
Body care: to serve the guardhouse .
The mystery of the child Castillet :

In 1948, Louis Xaragai took possession of his post as municipal librarian Castillet . Upon his arrival, he was intrigued by a framed window white stone , which had been previously screened but was now blocked . He alerted masons to clear the opening and know what was up there the inventory ( called the window in the wall of the Little Castillet to the left of the statue of the Virgin) .

It was quick to clear the stones which clôturaient but immediately retired worker , suffocated by a strong stench : « There is a dead body in there! « Is he cried .

We went to see and found themselves in a small , three meters long, four to twenty centimeters wide and two meters high , enclosed by a wooden door lined with iron blades . It discovered the skeleton of a child ‘s body lay stretched on a compost sixty centimeters. It had to be dressed when the deposited there because he was wearing leather shoes. They gathered the bones , scraps of fabric , the tip of a shoe, animal bones ( remains of a meal) , a plate of Louis XVI, believed, and half a pitcher.

The riddle was posed and various assumptions were considered as the craziest advancing it was Louis XVII. The Dauphin was entrusted to commissioners by the National Convention to make peace with Spain , which required as a condition of delivery of the child . Died during the negotiations, it would have been buried in secret Castillet . After study, it appeared that the child martyr was locked in his cell at the end of the nineteenth century. But its fate still poses a troubling enigma Had he committed some crime ? Was it crazy ? Or her family she wanted to get rid of him by hatred or greed , to an inheritance? We are right in mystery.